Entreprendre dans un contexte d’effondrement possible

Récemment a été remise à l’heure l’horloge de la fin du monde. Ce compte-à-rebours, mesuré depuis le début de la Guerre Froide par l’Université de Chicago, affiche désormais minuit moins deux minutes. La raison en est le péril d’une guerre nucléaire globale, dont la probabilité a augmenté avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, les essais nucléaires nord-coréen, etc… Au-delà des aspects géopolitiques, les facteurs d’un possible effondrement sont nombreux, qu’il s’agisse du réchauffement climatique, de la disparition de la biodiversité ou encore du moindre accès aux ressources. Notre thèse est que ces perturbations environnementales majeures reconfigurent totalement le cadre dans lequel doit se développer l’action entrepreneuriale et la vie économique en général.

Pourquoi ? Parce que les facteurs actuels de production ne sont pas stables. Qu’il s’agisse d’énergie, de matières premières (minérales, agricoles…), d’eau, la sécurité des approvisionnements n’est à moyen terme pas assurée. Le contexte socio-politique est lui aussi particulièrement instable : montée des populismes, accroissement des inégalités, rivalités entre les grandes puissances. Dans ce domaine, des ruptures majeures peuvent subvenir, préfigurant un effondrement possible et altérant profondément le circuits des échanges. Dans le même temps, l’instabilité financière revient à faire peser une épée de Damoclès au-dessus des équilibres financiers de tout acteur économique. Enfin, la nécessaire préservation de la biodiversité et de l’équilibre biologique des sols, ou encore la limitation drastique des émissions de gaz à effet de serre impliquent un redimensionnement complet des outputs des organisations.

Dans ce contexte de risque d’effondrement, une entreprise doit penser les conditions de sa résilience. Celle-ci passe par une gestion renouvelée de ses contraintes, à l’amont sur ses approvisionnements, et à l’aval sur ses flux sortants. L’objectif est de limiter les impacts délétères sur son environnement, à l’instar des pratiques de Responsabilité Sociétale des Entreprises, mais aussi de travailler sa capacité d’anticipation et d’adaptation. Car dès aujourd’hui, le dirigeant peut se poser un certain nombre de questions : que devient mon activité en cas de canicule prolongée de mai à septembre ? Comment faire en cas de perturbations météorologiques majeures (sécheresse, pluie et inondations, tempête) ? Comment faire vivre mon activité si des services écosystémiques cruciaux disparaissent ? Comment commercer en cas d’explosion des coûts de transport ?… C’est ici que le concept de transition écologique doit être intégré dans le modèle économique de l’organisation en question. Ou plutôt que le modèle économique doit opérer une transition, depuis son état actuel, jusqu’à une situation qui satisfasse les critères de sobriété et de résilience. Tout cela procède d’une forme de conversion écologique de l’organisation.

Comment faire ? C’est d’abord une histoire de flux : il s’agit de verdir des process. Ceux-ci doivent être intégralement repris, de manière cohérente, progressive et organisée, de manière à limiter l’usage de ressources non renouvelables, à réduire les impacts négatifs des activités productives sur l’environnement ou la société, et à résister en cas de choc exogène. En liaison avec cela, il convient d’interroger l’offre et le métier de l’entreprise : repenser le marketing de l’organisation en question si ses flux entrants ou sortants ne peuvent être modifiés sans transformation de son offre, de son positionnement et de ses cibles. Cela nécessite sans doute de repenser les besoins que l’entreprise est susceptible de satisfaire. Enfin, pour opérer cette balance entre marketing et production, changement du métier et transformation des flux, il est nécessaire de reconstruire la gouvernance. Les expériences coopératives ou associant les parties prenantes à la conduite de l’entreprise, sont celles permettant de réinternaliser ce qui était auparavant externalisé. C’est tout l’enjeu des discussions actuelles autour de la modification du code civil sur la définition de l’objet social d’une entreprise. De même que Michel Serres proposait que Biogée (la nature, la terre) soit représenté dans les assemblées politiques, peut-être faut-il imaginer quelque chose d’approchant pour les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *