L’écologie dans un contexte de perte de confiance généralisée

Les événements récents donnent à voir un trait structurant de notre époque : une défiance généralisée quant aux grandes institutions. Au premier rang de celles-ci figure bien sût l’État. C’est ce que montre bien l’exemple de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, survenu le 26 septembre 2019. De partout, traversant de part en part les comptes-rendus et analyses faits par les médias, sourd une perte de confiance généralisée dans l’action publique. Les habitants sont persuadés que les pouvoirs publics leur cachent des choses et des rumeurs complotistes pullulent sur les réseaux sociaux. Par un étrange paradoxe, l’État annonce vouloir être complètement transparent, mais ses discours de temporisation en attendant des résultats d’analyses, ou d’ignorance quant aux impacts de la combustion de cocktails de produits chimiques, suscitent encore plus d’inquiétude. En effet, quiconque peut penser : « si la vérité n’est pas défavorable, c’est que ce n’est pas la vérité ». Et un discours de transparence qui dit qu’il ne sait pas n’est assurément plus une discours de transparence. Vrai et faux n’existent plus ; tout est paradoxe.

Mais surtout, ce que cela montre, c’est que personne ne pense que l’action publique puisse procéder d’une volonté bonne. En effet, si, à travers l’État, les hommes se dotent de lois et de règlements, et si l’État a pouvoir de police pour les faire appliquer, c’est bien que l’intention est celle d’une régulation, de la recherche d’un intérêt général. Mais on constate plutôt à l’heure actuelle une déliquescence généralisée de la confiance en l’État. Tout le monde ne voit plus dans l’action publique que cynisme ou manipulation. Une institution, quelle qu’elle soit (Etat, Eglises, entreprises, syndicats…), ne se voit plus accorder aucun crédit. Cette perte de confiance en ces institution qui nous réunissent est un état social pathologique, de nature paranoïaque.

Il ne peut en résulter que deux évolutions, qui peuvent d’ailleurs, un temps, coexister, jusqu’à ce que l’une des deux l’emporte sur l’autre. La première évolution possible est l’anarchie, ou autrement dit la guerre civile. Car si le peuple ne croit plus qu’il y a des institutions possibles qui nous réunissent, alors tout se fragmente, et c’est la guerre de tous contre tous. Jérôme Fourquet, dans son ouvrage L’archipel français, montre les prémisses d’une telle évolution. L’autre direction possible est celle d’un renforcement drastique du pouvoir de l’État, pour mettre les forces centrifuges sous l’éteignoir. C’est la tentation autoritaire qui s’empare de pays entiers, depuis la Hongrie jusqu’à l’Italie, en passant par le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Vénézuéla ou la Turquie. Dans ce cas, l’État, tel le Léviathan de Hobbes, ne peut que se renforcer considérablement pour éviter la guerre civile.

Ce qu’il en ressort du point de vue de la transition écologique, c’est que celle-ci doit s’opérer dans un contexte qui la rend de moins en moins possible. En effet, pour que la transition puisse être mise en œuvre, nous avons besoin de collectif, de délibération démocratique, d’action résolue. Le contexte socio-politique dans lequel nous évoluons est de moins en moins celui-ci. Comme l’explique Bruno Latour dans Face à Gaia, notre époque est d’une certaine façon proche de l’époque de la Renaissance : tout y possible, pour le meilleur (un nouvel humanisme) ou pour le pire (la guerre de tous contre tous, religieuse ou autre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *