Archives de catégorie : Projets

Revue de projets #12 : L’assembleuse

L’assembleuse est un collectif de développeurs web engagés dans la transition écologique.  Kèpos lui a confié la réalisation de son site Internet. Son initiatrice, Claire Zuliani, nous présente sa démarche au service de la sobriété numérique.

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Claire, bretonne de naissance, myope, trentenaire, jeune mère et professionnelle du web engagée. Après avoir travaillé dans l’associatif, je me suis reconvertie il y a quelques années dans le développement web, en cherchant à insuffler à ma pratique du code un supplément d’âme.

Qu’est-ce que l’Assembleuse ?

L’assembleuse, c’est une agence informelle, un collectif de professionnel·les du web qui a pour ambition d’outiller les projets issus des mouvements de transition (écologique, sociale, solidaire…). Pour l’expliquer rapidement : la plupart des sociétés capitalistes et destructrices ont les moyens de s’équiper d’outils, notamment numériques, de haute volée. Elles peuvent communiquer à large échelle, automatiser leurs processus, faire développer les outils qui leur permettent d’être encore plus efficaces. Ce n’est généralement pas le cas des alternatives, plus petites, plus fragiles ou plus soucieuses d’éthique, qui sont pourtant les projets que je souhaite voir gagner en ampleur. Alors, à son échelle, l’assembleuse accompagne et outille ces initiatives pour les rendre plus fortes. L’assembleuse, c’est en quelque sorte le vaisseau à partir duquel se déploie le projet politique (au sens large du terme) que je souhaite allier à ma pratique professionnelle !

Comment définiriez-vous votre approche du développement informatique ?

En quête de sobriété et de responsabilité ! Pour moi, les outils informatiques doivent rendre autonome et non dépendant, tout en étant le moins néfaste possible pour la planète et le vivant. Cela passe par ne développer que les briques logicielles strictement nécessaires, faire en sorte que les sites développés soient accessibles sur un maximum de terminaux (pour lutter contre l’obsolescence programmée), construire des services web aussi léger que possible (se passer de serveur quand c’est possible, minimiser le nombre de requêtes, être vigilant sur le poids des images, etc), éviter autant que possible de recourir aux services de Google, Amazon, Facebook et consorts et publier du code ouvert !

Comment en êtes-vous arrivée à vous poser la question de la sobriété numérique ?

Avant de travailler dans le web, j’ai passé quelques années dans le secteur associatif et culturel, et j’ai gardé pendant ma reconversion la fibre engagée qui m’avait fait aller initialement vers l’associatif. Une fibre écologiste s’est ajoutée au fil des ans, face à des perspectives d’effondrement de plus en plus palpables. Il se trouve que je ne suis pas très forte pour faire pousser des arbres, par contre je sais créer des sites et des applications web;) Alors pour le moment, je continue à le faire, mais en faisant en sorte de minimiser autant que possible l’impact négatif de mon activité numérique. La question de la sobriété numérique est donc venue assez naturellement ; et j’ai pu m’appuyer pour améliorer mes pratiques sur les travaux que mènent depuis déjà plusieurs années des professionnels réunis autour de l’écoconception web (voir le collectif numérique responsable Green It ou la veille faite par le même Green It, par exemple). Merci à ces communautés d’exister !

Quels sont de votre point de vue les grands enjeux écologiques du numérique ?

Ne pas se tromper de combat ! Améliorer la performance des sites, minimiser le poids des images, mettre en cache un maximum de contenus… c’est bien. Mais en fait, c’est l’extraction des matières premières nécessaires à la fabrication des ordinateurs et téléphones qui est la plus destructrice écologiquement (voir les conclusions du rapport du Shift Project à ce sujet) ! La priorité pour moi est de contribuer à réduire la fabrication des terminaux, en améliorant leur durée de vie (ne pas mettre en ligne un site qui nécessite la puissance du tout dernier smartphone pour être utilisable par exemple) et en les rendant moins indispensables.

Gardons en tête que l’outil numérique le plus sobre est encore celui qu’on ne créée pas:) A mon sens, il faut avant tout lutter contre le solutionnisme technologique, cette croyance qu’il suffit d’un site web, un service en ligne, des robots ou des fusées, pour résoudre tous les problèmes de la terre. C’est en travaillant à changer les mentalités et les usages qu’on arrivera petit à petit à se défaire du numérique, et c’est là que son empreinte sera la plus minime.

Dès lors, quelles sont les pratiques à privilégier ?

Il y a des pratiques qui sont de bonnes pratiques numériques individuelles, tout comme couper le robinet quand on se brosse les dents est une bonne pratique. Plutôt transmettre par mail un lien vers une pièce jointe que la pièce jointe (surtout si le mail est adressé à de nombreux destinataires), privilégier quand c’est possible l’écrit sur l’image et la vidéo pour économiser la bande passante… Pour les professionnels du numérique, le livre Ecoconception Web est une bonne référence pour les bonnes pratiques.

Je crois que ce qui aura plus d’impact, c’est une action à un niveau plus collectif, plus systémique, tout ce qui nous permet d’utiliser moins et/ou plus intelligemment le numérique : limiter son usage des GAFAM, soutenir les alternatives numériques (logiciels libres, Framasoft, Chatons, fournisseurs d’accès associatifs…)… Soutenir toutes les initiatives qui visent à promouvoir un autre modèle de société, où les stratégies numériques de captations et revente des données des utilisateurs, de tracking de leur activité, de monétisation du temps passé devant un écran seront rendues caduques.

Pouvez-vous nous préciser les grands partis pris qui ont été retenus pour le développement du site de Kèpos ?

Pour le site de Kèpos, c’est Jekyll, un générateur de site statique historique, qui a été utilisé. Le site est statique, c’est à dire uniquement constitué de pages html qui ne sont pas générées dynamiquement au fur et à mesure qu’un utilisateur visite le site, mais une bonne fois pour toutes au moment où le site est déployé sur un serveur. C’est un retour au web des origines ! Il n’y a pas de base de données, pas de requêtes incessantes à un serveur web, ce qui améliore la performance et la sécurité du site, mais aussi son empreinte écologique. Un système de gestion de contenu, Forestry, y a été adjoint pour faciliter la rédaction des pages.

Merci !

Merci à vous:)

Revue de projets #11 : Sol & Co

Anne Blanchart, docteure spécialiste des sciences du sol et de l’urbanisme, est sur le point de lancer un cabinet de conseil, nommé Sol & Co, qui vise à faire intégrer la question de la préservation des sols et de leur biodiversité dans les politiques d’aménagement du territoire. Elle nous présente sa démarche.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai obtenu mon baccalauréat scientifique option Sciences de la Vie et de la Terre en 2008. Ensuite, j’ai effectué une première année de classe préparatoire aux grandes écoles spécialité Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre puis me suis réorientée dans un cursus universitaire dès l’année suivante. En 2012 j’ai ainsi obtenu une Licence de Génie Géologique et Génie Civil, décernée par la faculté de Bordeaux 1. Passionnée par l’aménagement du territoire, j’ai choisi de réorienter mon cursus universitaire en suivant un Master en Urbanisme, spécialité Villes Durables, à l’Institut Français de l’Urbanisme à Champs-sur-Marne. Suite à ce parcours universitaire, j’avais pour ambition de travailler au sein d’un bureau d’études de conseil en environnement pour l’aménagement du territoire. J’ai ainsi occupé un poste de chargée de mission au sein d’un bureau de paysage pendant un an. En 2015, j’ai postulé à une thèse interdisciplinaire sur le sujet des sols et de l’aménagement du territoire, proposé par l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (Ademe) et la Région Grand Est (anciennement Région Lorraine). J’ai eu la chance d’effectuer ce travail de doctorat de 2015 à 2018 au sein du Laboratoire Sols et Environnement (Université de Lorraine – Inra) et de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (Aix-Marseille Université). Ce travail de recherche interdisciplinaire m’a permis de conjuguer les intérêts que je portais pour le domaine des sciences du sol et de l’urbanisme, me permettant logiquement de faire le lien entre ma Licence, mon Master et mon expérience professionnelle dans l’aménagement du territoire.

Vous créez un cabinet conseil sur la question des sols : quelle en sera la mission ?

Effectivement, peu de temps après avoir débuté mes travaux de recherche en doctorat, j’ai très vite perçu l’intérêt sur le marché que pourrait présenter un cabinet de conseil sur la question du fonctionnement et de la qualité des sols en milieu urbain, dans le but d’aiguiller les prises de décisions des professionnels de l’aménagement du territoire quant à l’usage à donner aux sols des villes de demain, qui se veulent durables et résilientes. Depuis quelques mois maintenant, je porte un projet de création d’une entreprise spécialisée sur la thématique des sols et de leur biodiversité en milieu urbain. Ce projet est actuellement en incubation (Incubateur Lorrain, Pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine) et devrait voir le jour courant juin 2019.

La philosophie de l’entreprise est intimement liée à la transition écologique et aux respects des valeurs durables et de protection des ressources naturelles lors de l’aménagement d’un territoire. Le message principal est le suivant : les sols sont des systèmes en trois dimensions (volume) et dynamiques (vivants) qu’il faut veiller à préserver compte tenu des bienfaits qu’ils sont aptes à fournir pour le bien-être des habitants mais également pour les réponses qu’ils apportent à un nombre élevé d’enjeux environnementaux. Par exemple, les sols, y compris en milieu urbain, et si leur usage est compatible avec leurs propriétés physiques, chimiques et biologiques, sont aptes à participer à la régulation des inondations (infiltration de l’eau), du changement climatique (stockage de carbone) ou encore de la biodiversité (les sols urbains sont un formidable réservoir de biodiversité !).

Concrètement, quelles en seront les activités ?

L’entreprise sera spécialisée sur l’intégration de la qualité des sols et de leur biodiversité dans la définition de leurs usages en milieu urbain. Plus précisément, il est convenu que l’entreprise propose trois prestations :

  • Une prestation de conseil auprès des collectivités territoriales, élus, et professionnels de l’aménagement du territoire : grâce à des interventions sur des sites de projets urbains, l’entreprise sera en mesure de développer un plan d’échantillonnage représentatif de l’hétérogénéité des sols en place, d’ouvrir des fosses pédologiques, de décrire et d’échantillonner des profils de sols, de réaliser des analyses biologiques, physiques et chimiques sur les échantillons prélevés et de donner en retour des recommandations aux acteurs de l’aménagement quant à l’usage optimal que peut accueillir le sol sans avoir à l’amender fortement ou bien également quant à la manière dont le sol doit être travaillé pour fournir ses bienfaits sur le long terme. Cette prestation peut s’adapter à un public de particuliers, souhaitant recueillir des informations sur le fonctionnement et la qualité des sols de jardins ;
  • Une prestation de formation auprès des agents de collectivités territoriales, d’associations ou encore d’acteurs de l’aménagement du territoire (aménageur, bureaux d’études, agences d’urbanisme et de paysage) : à travers des ateliers de formation d’une durée adaptée, des informations et compétences pourront être données quant au fonctionnement et aux besoins (paillage, amendements, tonte, etc.) des sols urbains (jardins, parcs, pieds d’arbres, espaces verts, etc.) en fonction de leurs caractéristiques biologiques, physiques et chimiques. Des formations seront également proposées quant à la manière dont il est possible de travailler les sols en place pour qu’ils répondent aux besoins des sociétés humaines, tout en préservant voire améliorant leurs caractéristiques biologiques, physiques et chimiques ;
  • Une prestation d’animation et de médiation scientifique à l’attention du grand public en général, mais également des acteurs de l’aménagement et des élus : conférences, tenues de stand et animations de « sciences participatives ». Ces évènements contribueront à l’accompagnement et plus fortement à l’implication des citoyens, des professionnels et des élus dans la préservation des sols et de leur biodiversité. Ils participeront également à lutter contre l’isolement de certaines populations du territoire en situation de défaveur sociale et offriront un accompagnement à l’éducation des plus jeunes -la biodiversité étant aujourd’hui une thématique intégrée dans leur programme scolaire. Par exemple, plusieurs ateliers pourront être proposés : évaluer la qualité physique de son sol (texture, structure, infiltration de l’eau) ou bien connaitre la biodiversité qui se cache sous son sol (prélever et analyser les différents organismes qui vivent dans son sol selon le protocole de Jardibiodiv). Ces ateliers permettront d’une part la sensibilisation du citoyen à une thématique particulière ainsi que l’élargissement de ses connaissances, mais également à l’apport d’informations à la recherche pour compléter notamment les bases de données issues des sols urbains, qui comportent encore aujourd’hui trop peu de données pour établir des référentiels robustes.

Votre activité a un très fort ancrage scientifique. Pouvez-vous nous préciser selon quelles modalités ?

Ce projet de création d’entreprise est dès le départ en fort lien avec le monde de la recherche scientifique. L’idée même de la création de cette entreprise provient de mon travail de recherche effectué au cours du doctorat, ainsi que de celui de Quentin Vincent, effectué également au cours de son doctorat mené au sein de l’Université de Lorraine. Pour renforcer ce lien, il est à noter que l’entreprise bénéficie de l’appui scientifique de trois enseignants chercheurs issus du Laboratoire Sols et Environnement et de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (Aix-Marseille Université). Cet ancrage avec le monde de la recherche scientifique permet aujourd’hui au projet de bénéficier d’un accompagnement de l’Incubateur Lorrain (Université de Lorraine).

De cette manière, l’entreprise continuera de garder durablement un fort lien avec le Laboratoire Sols et Environnement. Cela permettra d’une part de reverser l’intégralité des données (sous accord du client) au Laboratoire et donc à la recherche, afin d’alimenter les bases de données nationales sur les sols urbains et la biodiversité ; et d’autre part de permettre à l’entreprise de disposer d’un atout incontestable sur le marché, celui de proposer des méthodologies et technologies sans cesse innovantes, issues des avancées directes de la recherche en sciences du sol et en urbanisme.

Pourquoi la question des sols est-elle cruciale dans la perspective de la transition écologique ?

Les sols sont une ressource naturelle non renouvelable. Ce sont des systèmes hétérogènes certes, mais vivants et offrant de nombreuses réponses aux enjeux environnementaux d’aujourd’hui et de demain : ils sont capables d’infiltrer l’eau, de produire de la biomasse à vocation alimentaire et d’être un formidable lieu d’habitat pour une riche biodiversité. Puisque les sols rendent un panel de bienfaits aux sociétés humaines… pourquoi ne pas en prendre soin à notre tour ?

Aujourd’hui, l’eau et l’air disposent de mesures réglementaires qui permettent leur « protection » sur le territoire national. Ce n’est actuellement pas le cas des sols. Si leurs paramètres géotechniques et leur niveau de pollution doivent être pris en compte pour le développement d’un projet urbain, la considération des sols s’arrête là dans l’aménagement du territoire. Prendre en compte les caractéristiques biologiques, physiques et chimiques des sols urbains dans la définition de leurs usages permettrait alors d’optimiser les bienfaits qu’ils peuvent effectivement rendre (en mettant le bon usage sur le bon sol) et donc d’optimiser les réponses que ces systèmes naturels apportent aux enjeux environnementaux et plus largement durables. De la même manière, adapter l’usage aux sols et non plus l’inverse permettra de réaliser une économie de gestion de cette ressource lors de la phase chantier (limitation des apports de terres issues des milieux plus naturels) mais également sur le long terme (gestion des espaces verts notamment).

Quels sont les enjeux en matière de préservation des sols urbains ?

Ils sont nombreux ! Il est essentiel de se rendre compte que les sols urbains ne sont pas des systèmes illimités et que c’est une ressource dont la qualité tend peu à peu à s’affaiblir. Le besoin de construction de nos villes et la protection accrue réservée aux sols agricoles et forestiers, jugés plus naturels, font que les sols des villes se trouvent de plus en plus malmenés. Et pourtant, un sol en ville peut tout à fait être fertile, à l’instar, voire plus, qu’un sol agricole. Cela dépend de son histoire et de la constitution de la roche mère. Puisque les sols sont une ressource non renouvelable, il s’avère essentiel aujourd’hui de les protéger et de limiter la dégradation de leur qualité. Pour cela, il faut prendre conscience qu’un sol, y compris urbain, fonctionne bien et sur le long terme à condition que l’usage qui lui est réservé soit adapté à ses caractéristiques biologiques, physiques et chimiques.

Compte tenu du fait qu’il n’existe pas encore aujourd’hui de réglementation sur la prise en compte de la qualité des sols dans la définition de leurs usages, l’enjeu primordial est de sensibiliser les élus et décideurs sur cette thématique, afin de pouvoir tendre, un jour, à l’élaboration d’un cadre national sur la protection des « sols », au même titre que l’eau et l’air.

Le deuxième enjeu principal est l’accompagnement des acteurs de l’aménagement à la prise en compte de la qualité des sols. En effet, ces acteurs ne sont pas des professionnels des sciences du sol et il est donc essentiel que la recherche, mais également des entreprises de conseils, se développent pour œuvrer à la constitution d’outils d’aide à la décision permettant de faciliter l’intégration de cette nouvelle information dans les processus de décision qui guident le développement d’un projet urbain ou encore la rédaction d’un document d’urbanisme.

Enfin, un troisième enjeu principal qui pourrait être énuméré est la sensibilisation du grand public en général, notamment sur des thématiques en lien avec la santé, telle que par exemple l’alimentation. A l’heure du « boom » des jardins partagés et familiaux, il serait nécessaire avant tout aménagement d’un potager à l’arrière de nos jardins, que des analyses de sols soient fournies par la collectivité ou soient effectuées, afin de s’assurer de la non présence de polluants dans les sols qui pourraient se retrouver dans les parties aériennes de la biomasse cultivée et consommée par les citadins.

Pouvez-vous nous citer quelques bonnes pratiques de gestion des sols urbains ?

Les bonnes pratiques de gestion des sols urbains sont intrinsèquement liées à la composition même du sol urbain, à son fonctionnement et à son usage. Je dirai donc qu’il y a autant de bonnes pratiques de gestion qu’il n’y a de sols en milieu urbain !

Le message principal à retenir serait selon moi le fait que les sols ne sont pas seulement des supports sur lesquels nous pouvons vivre, mais sont également des systèmes en trois dimensions qui participent à notre survie. En milieu urbain, les sols sont hétérogènes et pour garantir leur bon fonctionnement, leur protection mais également la qualité des bienfaits qu’ils sont aptes à fournir, il apparait nécessaire de réaliser de manière systématique des évaluations de leurs propriétés biologiques, physiques et chimiques avant d’en déterminer leurs usages.

 Merci et à bientôt

Revue de projets #10 : AlternatiVity, conseil en viticulture alternative

Sébastien Manteau conseille les viticulteurs en matière de viticulture alternative. Installé en Champagne, il a baptisé son activité AlternatiVity. Ou comment cultiver la vigne sur sol vivant.

Qui êtes-vous ?

Je suis fils de Viticulteur. J’ai toujours aimé les plantes… Je crois me souvenir que petit, je disais à mes parents que je voulais être Chercheur.

J’ai un Master 2 en Œnologie et Ampélologie (la science de la Vigne) et un Doctorat en Biochimie végétale sur les maladies de la vigne. J’ai travaillé pendant 11 ans comme Chargé de Recherche en Œnologie. Licencié, j’ai décidé de revenir à mes premières amours !

En parallèle de cela, j’ai acheté une maison. Le terrain avait été décaissé et je me suis retrouvé à jardiner dans de l’argile pur. Mettant en pratique mes connaissances scolaires, j’ai totalement échoué. Je me suis mis à chercher ce qui n’allait pas. Sur Internet, j’ai découvert la Permaculture. Les connaissances techniques et les valeurs de cette « philosophie » ont comblées tout de suite toutes mes attentes ! Les pièces du puzzle s’assemblaient dans ma tête : j‘allais faire du Conseil et de la Formation en Viticulture alternative !

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à la viticulture alternative ?

C’est surtout grâce à mon père que je me suis intéressé à cela. Alors que j’étais au Lycée, je me rappelle de lui en train de remuer des produits. Il avait la tête au dessus d’un seau et il remuait avec un bâton en bois dans les mains. Il allait utiliser ce mélange pour traiter la vigne. Je regarde le bidon de ce produit et je lui dis : « Regarde ce qui est écrit ici ! Tu ne devrais pas faire ça ! Moi, quand je suis au lycée pour mélanger un tel produit, je suis avec une blouse, des lunettes de protection, des gants. Et surtout, je suis sous une hotte ou avec un masque ! » Lui de me répondre : « Penses tu ! Tu dis n’importe quoi, le technico a dit qu’il n’y a pas de problème ! ». J’ai enterré mon père l’an passé. L’espérance de vies des Français est de 79 ans et demi. Il en était très loin. Et à vrai dire, je ne connais vraiment que très très peu d’agriculteurs ou de viticulteurs qui soit arrivé à cet âge… Je veux pouvoir me promener l’été dans la nature, dans les vignes avec ma fille. Sans craindre pour sa santé parce que ça pue et qu’il y a des produits nocifs et cancérogènes tout autour de nous ! Il faut que tout cela change !!!… et le plus vite possible.

Quels sont les avantages et les limites de la viticulture alternative par rapport aux pratiques conventionnelles ?

La viticulture alternative telle que je l’entends est basée sur la Permaculture, l’Agroécologie et les sols vivants. Commençons par les limites de ces méthodes car elles sont assez simples en fait. Il y a quelques limites techniques, mécaniques et de connaissances. Celles ci sont facilement « dépassables » grâce à des formations, l’achat ou la conception de matériel adapté, une mise en réseau et de l’entraide viticole. Mais la limite la plus importante reste la limite psychologique ! La peur de l’inconnu, de ce que va dire le voisin, de rompre la loyauté vis à vis de nos parents, anciens…

Pour les avantages, c’est un peu plus complexe en fait… car nous ne les connaissons pas tous encore ! Il semble que tous les légumes cultivés en sol vivant sont plus riches en goût, minéraux, et vitamines. Les raisins et les vins semblent plus complexes et plus riches. La législation imposera bientôt de ne plus utiliser de désherbant en agriculture. Les techniques que j’utilise ont également cet avantage de ne plus en utiliser sans dégrader le sol par des labours ou en le laissant à nu. Il y également les avantages écosystèmiques qui aident à la culture grâce à la faune et la flore. Ces pratiques sont également plus en accord avec ce que demandent les consommateurs. Et enfin, l’avantage le plus important sans doute est que ces techniques permettent de capturer du carbone pour agrader les sols et participer à la limitation du réchauffement climatique.

Comment se positionnent les viticulteurs sur ces sujets ?

C’est là aussi une question complexe… Quand vous discutez avec eux, vous vous rendez compte qu’à plus de 90%, ils détestent le travail de la vigne. Ce travail est pénible, sans intérêt réel car déconnecté de la nature, avec de plus en plus de contraintes administratives… Ils sont « obligés » d’utiliser des quantités importantes de produits chimiques dangereux pour eux, leurs enfants et la nature afin d’avoir un revenu. Cette viticulture n’a aucun sens !

Mais lorsque vous discutez avec eux de faire évoluer leurs pratiques, la limite psychologique arrive tout de suite. Je ne pense pas que nous puissions faire de généralités sur « les viticulteurs ». C’est un groupe sociologique qui suit les comportements de tous les groupes humains. Il y a ceux qui vont avoir peur, être contre et toujours freiner, les suiveurs qui composent le gros du peloton et les pionniers ou les innovateurs.

Quel est le discours que vous leur tenez afin de faire évoluer leur pratique ?

Afin de faire évoluer leur pratique, je dois comprendre quel est leur point de blocage psychologique. Ensuite, je leur fais connaître et comprendre tous les avantages liés à ce type de viticulture en sol vivant.

Votre approche repose sur une très forte expertise scientifique. Comment cela sert-il votre activité ?

Cette expertise me permet de faire un tri dans toutes les infos sur ces sujets, puis de valider les plus pertinentes. Actuellement tous les scientifiques reconnus vont dans le sens de mes convictions et de ce que je propose...

Vous développez votre activité au sein de la coopérative d’entrepreneurs Synercoop. Vous vous attachez à y mettre en place un pôle de compétences autour de la transition écologique. Quel est l’intérêt d’une telle démarche ?

La encore, plus aucun scientifique ne doute de la nécessité de la transition écologique. Ayant toujours pensé que l’Entraide était une belle valeur, je ne fais que mettre en pratique mes convictions dans ce pôle de compétences autour de la transition écologique. Une telle démarche nous permettra d’aller plus loin, d’être plus efficace et plus résilient vis à vis de cette transition.

Merci et bonne continuation !

Merci à vous et belle transition à tous !

Faire changer d’échelle les alternatives : rencontre avec le Plan B Nancy

Le Plan B est une stratégie de structuration des initiatives de la transition sur le territoire nancéien. A l’occasion de son financement participatif, nous mettons un coup de projecteur sur cette action partenariale originale, en rencontrant l’une de ses instigatrices, Pauline Nowik.

Qu’est-ce que le plan B ? Quelle est l’histoire derrière cette initiative ?

Le Plan B Nancy est une stratégie qui vise à faire changer d’échelle les alternatives de l’Économie Sociale, Solidaire et Écologique. Cette stratégie repose sur trois axes : la mutualisation, la professionnalisation et la communauté. Si nous développons ces trois axes, c’est pour répondre à des besoins que nous avons repérés lors de l’organisation du village Alternatiba à Nancy en juin 2015. Plus de cent structures étaient venues sur deux jours présenter leur alternative au changement climatique. Lors de différentes discussions, ces acteurs ont constaté que nos alternatives manquaient de moyens (humains, matériels et financiers), que nous proposions une image « amateur » et que nous communiquions sur nos actions de manière limitée, dans nos cercles d’adhérents. De là, nous avons songé à répondre à ces manques par une stratégie qui se construit depuis 2016.

Ainsi, la mutualisation permettra d’avoir accès à du matériel (vidéoprojecteur, photocopieur, …), des locaux (bureaux, salles de réunions, espace de stockage) et des compétences (comptable, graphiste, …). La professionnalisation se traduira par des formations pour les bénévoles et salariés, de l’accompagnement pour obtenir des financements adaptés et la mise en relation avec des personnes qualifiées (experts en ressource humaine, en gestion financière, en marché public, …). La communauté qui se construit actuellement permettra à chaque membre du plan B de toucher l’ensemble des adhérents pour informer sur la mise en place d’une conférence, d’un atelier, ou d’une action non violente de désobéissance par exemple.

Quels en sont les créateurs ?

Au départ, une poignée de citoyens déjà engagés dans diverses associations et collectifs et aujourd’hui, nous sommes une vingtaine d’associations et une trentaine de personnes engagées à tous niveaux : du petit coup de main ponctuel à l’investissement quasi quotidien.

Quels sont les objectifs ?

L’objectif est de donner les moyens aux citoyens, associations et entrepreneurs de rendre crédibles et désirables toutes les actions, qui, d’une part, luttent pour dénoncer les fausses bonnes solutions, et, d’autre part, proposent et construisent des alternatives. Notre slogan illustre nos ambitions : « de l’alternative à la norme ».

A quoi va servir le financement participatif que vous venez de lancer ?

La campagne de financement en cours va nous permettre d’aménager notre local situé au 51, rue de la République à Jarville. Des travaux sont prévus pour permettre aux premiers utilisateurs d’avoir accès à une salle de réunion, des bureaux, et des espaces de stockage pour faciliter la logistique des associations notamment. Nous achèterons également les premiers matériels et outils à mutualiser, selon les besoins identifiés auprès des adhérents. La campagne se termine le 12 décembre et nous invitons chacun à contribuer, même avec un petit don, car ce qui est important, c’est de montrer que nous sommes nombreux à soutenir le plan B Nancy.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le 4 décembre prochain, nous accueillons la Nef, la banque éthique, pour une soirée de présentation. Le dimanche 9 décembre, nous organisons des portes ouvertes dans notre local à Jarville afin d’accueillir les curieux et futurs engagés. Après le 12 décembre, selon le succès de la campagne de financement participatif, nous aménageons le local de Jarville et poursuivons notre développement : proposition d’un calendrier partagé des actions militantes, mise en place d’un calendrier de formation, poursuite de la communication grand public, constitution des annuaire de personnes qualifiées, …

Quelle est l’articulation du Plan B avec Képos ?

Képos est le volet économique de notre stratégie. En effet, il s’agit bien de faire bénéficier du plan B aux membres de Képos et inversement. Certains entrepreneurs pourront bénéficier des moyens mutualisé,s par exemple un bureau ou l’accès au photocopieur et de la communauté pour tester leurs idées, et à l’inverse devenir personne qualifiée pour aider au développement de nouvelles alternatives. L’enjeu est de créer un réseau d’acteurs sans concurrence, qui se nourrit des réussites et idées des uns et des autres.

Revue de projets #9 : Cécilia Gana, gérante de Day by Day Nancy

Cécilia Gana est la créatrice et la gérante du magasin Day by Day de Nancy, épicerie spécialisée dans la vente en vrac. A l’heure où de nouvelles formes de commerce apparaissent, elle nous présente son activité et la conduite de son projet.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Cécilia Gana, je suis née à Nancy, et suis aujourd’hui la gérante d’une épicerie 100 % vrac.

Comment en êtes-vous arrivée à créer une épicerie en vrac ?

Depuis toute petite, j’ai été sensibilisée à l’écologie, à la protection de l’environnement et à l’anti-gaspi (grâce à ma famille notamment). Après de longues études, orientées vers l’écologie et m’ayant mené jusqu’au doctorat, j’ai souhaité me diriger vers un métier plus concret, utile au quotidien et surtout qui ait du sens, avec un contact humain plus présent. Ayant conscience du problème de la pollution et essayant de réduire nos déchets, nous trouvions dommage, avec des amis, qu’il n’y ait pas de magasin dédié au vrac sur Nancy. Et je me suis donc lancée dans l’aventure en créant mon entreprise et en ouvrant le magasin.

Pouvez-vous nous décrire plus précisément votre activité ?

Day by day est une épicerie 100 % vrac, où les clients peuvent venir avec leurs contenants, afin de limiter les emballages (je fais la tare avant). Des contenants sont également disponibles sur place et gratuits (sacs en papier compostables et bocaux). On ne prend que la quantité dont on a besoin afin de limiter le gaspillage. Tout y est vendu au détail (les prix sont indiqués au kilo) : épicerie salée (pâtes, légumineuses, riz, gâteaux apéritifs, huiles, vinaigres,…) ; épicerie sucrée (sucres, sirops, céréales, fruits secs, farines, biscuits, chocolats, café, thé,…) mais également des produits d’entretien (vinaigre, bicarbonate, savon de Marseille, lessives, liquide vaisselle…) et d’hygiène (shampooing, déodorant et dentifrice solide)

Comment voyez-vous les attentes du grand public, et de votre clientèle en particulier, en matière de zéro déchet et de vente en vrac ?

Dans le vrac, chacun peut trouver son compte : certains viennent parce qu’ils souhaitent avant tout réduire les déchets d’emballage, d’autre plus pour le côté « je ne prend que ce dont j’ai besoin », donc pour moins gaspiller, mais aussi varier les menus. Et enfin il y a aussi le côté économique du vrac : consommer en vrac permet de faire jusqu’à 30 % d’économie si l’on compare avec des produits équivalents emballés. Ce que les gens recherchent aussi, c’est la traçabilité des produits, savoir d’où ça vient, comment c’est fait. Nous sommes donc très attentifs à cela et indiquons l’origine de chaque produit. Nous connaissons bien nos producteurs et fournisseurs, nous savons comment ils travaillent et on peut ainsi l’expliquer aux clients.

Vous avez fait le choix de créer votre activité en franchise. Quels sont les atouts et les limites de cette solution ?

Comme je n’étais pas issue d’une formation autour du commerce, je trouvais ça utile d’être accompagnée par la franchise. Pour convaincre une banque de m’octroyer un prêt, c’était aussi un petit plus de dire que j’allais être franchisée. Faire partie d’un réseau, quand on est commerçant indépendant, est aussi rassurant : on se sent moins seul, on échange souvent, on partage des astuces et bonnes pratiques entre franchisés. La franchise apporte aussi plus de visibilité, avec par exemple un site internet que je n’aurais jamais pu faire et financer en n’étant pas franchisée. L’accès également à autant de références (avec plus de 80 fournisseurs différents) aurait été impossible, je n’aurais pas pu proposer autant de produits seule. Bref, pour moi, ce ne sont que des avantages, je n’y vois aucun inconvénient ! D’autant plus que c’est un petit réseau, à taille humaine : chacun a son mot à dire, les franchiseurs sont à l’écoute de tous les gérants d’épicerie, nous travaillons ensemble. Si on veut que le vrac se développe, je pense qu’il faut aussi travailler en réseau, pour avoir plus d’impact vis à vis des fournisseurs, leur faire changer leurs modes de conditionnement, mais aussi gagner plus de visibilité vis à vis du grand public. Le bio par exemple est en plein essor et s’est fait connaître de tous grâce aux réseaux de magasins spécialisés dans les produits bio.

Les magasins de vente de vrac commencent à se multiplier : ça vous inquiète ou ça vous enthousiasme ?

C’est très encourageant, le fait que le vrac se développe. On trouve maintenant du vrac dans à peu près toutes les grandes surfaces, mais de plus en plus de magasins dédiés au vrac se développent. Je pense qu’il y a de la place pour tous et que plus on sera nombreux, plus les gens pourront facilement adopter le vrac, réduire leurs déchets, en parler autour d’eux et convaincre d’autres personnes de passer au vrac.

Quelques mots sur vos prochaines perspectives ?

Continuer à développer la gamme de produits proposés (à mon ouverture, j’avais 650 références, aujourd’hui, j’en ai quasi 850). Essayer de proposer d’avantages de produits français (aujourd’hui 60 % des références) et si possible bio (un peu plus d’1/3 des produits proposés en magasin à l’heure actuelle). Faire en sorte que le vrac se développe de plus en plus. Sensibiliser les gens à la réduction des déchets (continuer à proposer des ateliers avec des partenaires locaux autour du « mieux consommer » et « réduire ses déchets »)

Merci !