Archives par étiquette : Alternative

Revue de projets #10 : AlternatiVity, conseil en viticulture alternative

Sébastien Manteau conseille les viticulteurs en matière de viticulture alternative. Installé en Champagne, il a baptisé son activité AlternatiVity. Ou comment cultiver la vigne sur sol vivant.

Qui êtes-vous ?

Je suis fils de Viticulteur. J’ai toujours aimé les plantes… Je crois me souvenir que petit, je disais à mes parents que je voulais être Chercheur.

J’ai un Master 2 en Œnologie et Ampélologie (la science de la Vigne) et un Doctorat en Biochimie végétale sur les maladies de la vigne. J’ai travaillé pendant 11 ans comme Chargé de Recherche en Œnologie. Licencié, j’ai décidé de revenir à mes premières amours !

En parallèle de cela, j’ai acheté une maison. Le terrain avait été décaissé et je me suis retrouvé à jardiner dans de l’argile pur. Mettant en pratique mes connaissances scolaires, j’ai totalement échoué. Je me suis mis à chercher ce qui n’allait pas. Sur Internet, j’ai découvert la Permaculture. Les connaissances techniques et les valeurs de cette « philosophie » ont comblées tout de suite toutes mes attentes ! Les pièces du puzzle s’assemblaient dans ma tête : j‘allais faire du Conseil et de la Formation en Viticulture alternative !

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à la viticulture alternative ?

C’est surtout grâce à mon père que je me suis intéressé à cela. Alors que j’étais au Lycée, je me rappelle de lui en train de remuer des produits. Il avait la tête au dessus d’un seau et il remuait avec un bâton en bois dans les mains. Il allait utiliser ce mélange pour traiter la vigne. Je regarde le bidon de ce produit et je lui dis : « Regarde ce qui est écrit ici ! Tu ne devrais pas faire ça ! Moi, quand je suis au lycée pour mélanger un tel produit, je suis avec une blouse, des lunettes de protection, des gants. Et surtout, je suis sous une hotte ou avec un masque ! » Lui de me répondre : « Penses tu ! Tu dis n’importe quoi, le technico a dit qu’il n’y a pas de problème ! ». J’ai enterré mon père l’an passé. L’espérance de vies des Français est de 79 ans et demi. Il en était très loin. Et à vrai dire, je ne connais vraiment que très très peu d’agriculteurs ou de viticulteurs qui soit arrivé à cet âge… Je veux pouvoir me promener l’été dans la nature, dans les vignes avec ma fille. Sans craindre pour sa santé parce que ça pue et qu’il y a des produits nocifs et cancérogènes tout autour de nous ! Il faut que tout cela change !!!… et le plus vite possible.

Quels sont les avantages et les limites de la viticulture alternative par rapport aux pratiques conventionnelles ?

La viticulture alternative telle que je l’entends est basée sur la Permaculture, l’Agroécologie et les sols vivants. Commençons par les limites de ces méthodes car elles sont assez simples en fait. Il y a quelques limites techniques, mécaniques et de connaissances. Celles ci sont facilement « dépassables » grâce à des formations, l’achat ou la conception de matériel adapté, une mise en réseau et de l’entraide viticole. Mais la limite la plus importante reste la limite psychologique ! La peur de l’inconnu, de ce que va dire le voisin, de rompre la loyauté vis à vis de nos parents, anciens…

Pour les avantages, c’est un peu plus complexe en fait… car nous ne les connaissons pas tous encore ! Il semble que tous les légumes cultivés en sol vivant sont plus riches en goût, minéraux, et vitamines. Les raisins et les vins semblent plus complexes et plus riches. La législation imposera bientôt de ne plus utiliser de désherbant en agriculture. Les techniques que j’utilise ont également cet avantage de ne plus en utiliser sans dégrader le sol par des labours ou en le laissant à nu. Il y également les avantages écosystèmiques qui aident à la culture grâce à la faune et la flore. Ces pratiques sont également plus en accord avec ce que demandent les consommateurs. Et enfin, l’avantage le plus important sans doute est que ces techniques permettent de capturer du carbone pour agrader les sols et participer à la limitation du réchauffement climatique.

Comment se positionnent les viticulteurs sur ces sujets ?

C’est là aussi une question complexe… Quand vous discutez avec eux, vous vous rendez compte qu’à plus de 90%, ils détestent le travail de la vigne. Ce travail est pénible, sans intérêt réel car déconnecté de la nature, avec de plus en plus de contraintes administratives… Ils sont « obligés » d’utiliser des quantités importantes de produits chimiques dangereux pour eux, leurs enfants et la nature afin d’avoir un revenu. Cette viticulture n’a aucun sens !

Mais lorsque vous discutez avec eux de faire évoluer leurs pratiques, la limite psychologique arrive tout de suite. Je ne pense pas que nous puissions faire de généralités sur « les viticulteurs ». C’est un groupe sociologique qui suit les comportements de tous les groupes humains. Il y a ceux qui vont avoir peur, être contre et toujours freiner, les suiveurs qui composent le gros du peloton et les pionniers ou les innovateurs.

Quel est le discours que vous leur tenez afin de faire évoluer leur pratique ?

Afin de faire évoluer leur pratique, je dois comprendre quel est leur point de blocage psychologique. Ensuite, je leur fais connaître et comprendre tous les avantages liés à ce type de viticulture en sol vivant.

Votre approche repose sur une très forte expertise scientifique. Comment cela sert-il votre activité ?

Cette expertise me permet de faire un tri dans toutes les infos sur ces sujets, puis de valider les plus pertinentes. Actuellement tous les scientifiques reconnus vont dans le sens de mes convictions et de ce que je propose...

Vous développez votre activité au sein de la coopérative d’entrepreneurs Synercoop. Vous vous attachez à y mettre en place un pôle de compétences autour de la transition écologique. Quel est l’intérêt d’une telle démarche ?

La encore, plus aucun scientifique ne doute de la nécessité de la transition écologique. Ayant toujours pensé que l’Entraide était une belle valeur, je ne fais que mettre en pratique mes convictions dans ce pôle de compétences autour de la transition écologique. Un telle démarche nous permettra d’aller plus loin, d’être plus efficace et plus résilient vis à vis de cette transition.

Merci et bonne continuation !

Merci à vous et belle transition à tous !

Faire changer d’échelle les alternatives : rencontre avec le Plan B Nancy

Le Plan B est une stratégie de structuration des initiatives de la transition sur le territoire nancéien. A l’occasion de son financement participatif, nous mettons un coup de projecteur sur cette action partenariale originale, en rencontrant l’une de ses instigatrices, Pauline Nowik.

Qu’est-ce que le plan B ? Quelle est l’histoire derrière cette initiative ?

Le Plan B Nancy est une stratégie qui vise à faire changer d’échelle les alternatives de l’Économie Sociale, Solidaire et Écologique. Cette stratégie repose sur trois axes : la mutualisation, la professionnalisation et la communauté. Si nous développons ces trois axes, c’est pour répondre à des besoins que nous avons repérés lors de l’organisation du village Alternatiba à Nancy en juin 2015. Plus de cent structures étaient venues sur deux jours présenter leur alternative au changement climatique. Lors de différentes discussions, ces acteurs ont constaté que nos alternatives manquaient de moyens (humains, matériels et financiers), que nous proposions une image « amateur » et que nous communiquions sur nos actions de manière limitée, dans nos cercles d’adhérents. De là, nous avons songé à répondre à ces manques par une stratégie qui se construit depuis 2016.

Ainsi, la mutualisation permettra d’avoir accès à du matériel (vidéoprojecteur, photocopieur, …), des locaux (bureaux, salles de réunions, espace de stockage) et des compétences (comptable, graphiste, …). La professionnalisation se traduira par des formations pour les bénévoles et salariés, de l’accompagnement pour obtenir des financements adaptés et la mise en relation avec des personnes qualifiées (experts en ressource humaine, en gestion financière, en marché public, …). La communauté qui se construit actuellement permettra à chaque membre du plan B de toucher l’ensemble des adhérents pour informer sur la mise en place d’une conférence, d’un atelier, ou d’une action non violente de désobéissance par exemple.

Quels en sont les créateurs ?

Au départ, une poignée de citoyens déjà engagés dans diverses associations et collectifs et aujourd’hui, nous sommes une vingtaine d’associations et une trentaine de personnes engagées à tous niveaux : du petit coup de main ponctuel à l’investissement quasi quotidien.

Quels sont les objectifs ?

L’objectif est de donner les moyens aux citoyens, associations et entrepreneurs de rendre crédibles et désirables toutes les actions, qui, d’une part, luttent pour dénoncer les fausses bonnes solutions, et, d’autre part, proposent et construisent des alternatives. Notre slogan illustre nos ambitions : « de l’alternative à la norme ».

A quoi va servir le financement participatif que vous venez de lancer ?

La campagne de financement en cours va nous permettre d’aménager notre local situé au 51, rue de la République à Jarville. Des travaux sont prévus pour permettre aux premiers utilisateurs d’avoir accès à une salle de réunion, des bureaux, et des espaces de stockage pour faciliter la logistique des associations notamment. Nous achèterons également les premiers matériels et outils à mutualiser, selon les besoins identifiés auprès des adhérents. La campagne se termine le 12 décembre et nous invitons chacun à contribuer, même avec un petit don, car ce qui est important, c’est de montrer que nous sommes nombreux à soutenir le plan B Nancy.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le 4 décembre prochain, nous accueillons la Nef, la banque éthique, pour une soirée de présentation. Le dimanche 9 décembre, nous organisons des portes ouvertes dans notre local à Jarville afin d’accueillir les curieux et futurs engagés. Après le 12 décembre, selon le succès de la campagne de financement participatif, nous aménageons le local de Jarville et poursuivons notre développement : proposition d’un calendrier partagé des actions militantes, mise en place d’un calendrier de formation, poursuite de la communication grand public, constitution des annuaire de personnes qualifiées, …

Quelle est l’articulation du Plan B avec Képos ?

Képos est le volet économique de notre stratégie. En effet, il s’agit bien de faire bénéficier du plan B aux membres de Képos et inversement. Certains entrepreneurs pourront bénéficier des moyens mutualisé,s par exemple un bureau ou l’accès au photocopieur et de la communauté pour tester leurs idées, et à l’inverse devenir personne qualifiée pour aider au développement de nouvelles alternatives. L’enjeu est de créer un réseau d’acteurs sans concurrence, qui se nourrit des réussites et idées des uns et des autres.