Archives par étiquette : art

Revue de projets #6 : l’art et la transition écologique avec Caroline Antoine

Caroline Antoine est artiste plasticienne et anime des ateliers mêlant art et écologie. Elle revient pour nous sur son parcours, et explique en quoi l’art et la transition écologique peuvent se nourrir l’un l’autre.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis originaire de Metz. Après l’obtention de mon diplôme national d’arts plastiques aux beaux-arts de Nancy j’ai continué mon parcours avec quatre années à l’École du paysage de Versailles. Cette formation a confirmé ma passion pour l’espace, le paysage et la manière de le capter pour le transformer en maquettes, cartes, croquis, textes… J’ai particulièrement apprécié le travail de groupe avec des architectes, des écologues et des artistes, qui m’a permis de développer ma capacité à prendre la parole en public pour défendre mes projets avec ma propre sensibilité. A ma sortie de l’école en 2013, j’ai cherché à entrer dans des agences de paysage afin d’y mettre en pratique mes savoirs et mes compétences.

J’ai travaillé comme free-lance pour des agences d’urbanisme et de paysages à Angers et Paris mais je ne m’y suis pas reconnue. Il était souvent plus question de rentabilité que de créativité. Je ne souhaitais pas participer à la construction de paysages standardisés. J’ai rapidement eu besoin de revenir sur une pratique artistique plus personnelle. J’ai fait mes premières interventions artistiques dans des classes car mon désir de transmettre ma sensibilité au paysage était forte. Durant ces années j’ai également participé à des stages d’initiation à la permaculture qui m’ont profondément épanouie. J’y ai retrouvé les grands principes de mon école d’architecte paysagiste, favorisant l’analyse de l’existant, et la créativité de mon école d’art, mettant en avant la sensibilité au lieu, l’interdisciplinarité, le travail de groupe dans la bienveillance, l’attention aux besoins de chacun.

Comment est née votre sensibilité aux enjeux écologiques ?

Depuis l’enfance, j’ai besoin de la nature. Marcher dans le jardin, toucher les arbres, prendre le temps d’observer la croissance des plantes, font partie de mon équilibre. Mais c’est à Paris que j’ai découvert le mouvement des villes en transition et la philosophie de Pierre Rabhi. La vision du monde de ce dernier m’a enchantée car j’y ai vu une belle perspective d’avenir dans le respect, la bienveillance et le dialogue. En 2015, je me suis installée à Nancy et tout naturellement je me suis dirigée vers le groupe local des Colibris. Depuis 2016, je propose  ponctuellement des ateliers de pratiques artistiques pour l’association Alternatives Citoyennes de Champigneulles, le club Arlequin de Vandœuvre ainsi que pour l’oasis urbaine de la ferme du plateau de Maxéville.

Comment la transition écologique vient-elle nourrir votre travail d’artiste ?

Ma pratique artistique parle de territoire et d’écosystème. Dans mes dessins et sérigraphies,  humains animaux et végétaux interagissent ensemble dans le même élan de vie. Dans mes sculptures et installations aussi, je m’intéresse aux liens , à la façon dont les êtres et les choses se rencontrent et se transforment les uns les autres. Mes textes poétiques parlent d’intériorité et de cette familiarité à une nature originelle.  Le mouvement, la couleur, la matière vivante habitent mon travail et cherchent à transformer – à mon échelle – le monde qui nous entoure en le rendant un peu plus humain et soutenable. Il est question d’espoir et de fécondité.

Comment voyez-vous les questions de sensibilisation et d’éducation à la transition ?

Je pense que la transition ne peut réellement être effective qu’en proposant de nouveaux outils de communication développant l’empathie, la pensée personnelle et la sensibilité. Il s’agit de nourrir nos besoins pour mieux accompagner un changement sociétal inévitable.

La philosophie dès l’école maternelle (développée par la Fondation SEVE) , la communication non violente (enseignée par le MAN – Mouvement pour une alternative non-violente), la pratique d’une parole poétique personnelle libre et inter-générationelle (encouragée par les cafés SLAM) ainsi que la pratique de la méditation sont, de mon point de vue, des outils de premier ordre pour cette transition, qui est avant tout une formidable aventure humaine.

Après un temps de dialogue et d’écoute, l’acte peut alors se faire de chercher à s’engager dans une des multiples associations qui changent nos habitudes en profondeur par la pratique du compostage, des jardins collectifs, des permis de végétaliser, des habitats partagés, des espaces de co-working, des associations de consommateurs , AMAP et j’en oublie.

En quoi l’art est un moyen utile pour sensibiliser à la transition ?

Il ne s’agit pas autant de sensibiliser à la transition que de chercher à provoquer la rencontre, la confiance en soi et à favoriser l’expérience sensible du monde et de ses beautés, diversités, fécondités, potentialités. Les participant sont invités à devenir acteurs, sujet pensants et agissants.

Dans le cadre de mes interventions artistiques, la rencontre s’expérimente avec soi-même, les autres et son environnement par des exercices de dessins cartographiques, de journaux intimes poétiques, de sculptures en matériaux naturels récoltés et de maquettes d’espaces réels ou fictifs. Ces ateliers sont conçus comme des lieux de liberté créative et bienveillante basée sur l’expérience de l’espace vécu et du faire ensemble. Ainsi des expérimentations sensorielles de mise en lien sont souvent proposées telles que des jeux coopératifs  et des promenades.

Comment serait-il possible d’aller plus loin ?

Je pense qu’il serait intéressant de créer des structures collectives créatrices d’emplois, comme des Coopératives d’Activités et d’Emploi, spécialement dédiées à la transition (sous forme de SCIC, Société Coopérative d’Intérêt Collectif) pour faire corps et apporter un soutien aux multiples talents qui se retrouvent seuls et qui auraient besoin de conseils et de soutien. Les artistes sont des acteurs importants de cette transition et je serais heureuse de voir se développer à Nancy des «AMAP» culturelles comme à Toulouse, Paris et Lyon où sont nées les associations :  «Comme un poisson dans l’art », « Ça va commencer » et « le panier Zam ».

Illustration : Caroline Antoine, Jardin d’union (élément), 2015, galet, graminées, cire d’abeille