Archives par étiquette : Croissance

« Fins de mois, fin du monde : même combat ! » Vraiment ?

A l’occasion de la crise dite des « Gilets jaunes », on a pu voir fleurir le rapprochement entre « fins de mois » et « fin du monde », qu’il faudrait réconcilier, et ce de la bouche présidentielle elle-même. Ainsi, la justice sociale et la transition écologique seraient deux approches convergentes. Au centre de ces discours se trouve la question de la résorption des inégalités. Et en effet, les arguments ne manquent pas. Par exemple, Gaël Giraud, de passage pour une conférence à Nancy le 20 mars 2019, affirme que le décile de revenus le plus élevé contribue pour 50% des émissions de Gaz à Effets de Serre (GES). A l’inverse, les 50% de revenus les plus modestes n’émettent que l’équivalent de 10% des GES. Dans le même ordre d’idée, une étude récente du Crédoc affirme que ce n’est pas la sensibilité environnementale des individus qui explique leur empreinte écologique, mas bien leur niveau de vie. Autrement dit, en dépit de ses comportements vertueux ou non, un individu émettra d’autant plus qu’il a des revenus élevés. De ce point de vue, fins de mois difficiles signifient fin du monde éloignée, fins de mois faciles signifient fin du monde accélérée.

Dès lors, est-ce que des inégalités nivelées par le centre signifieraient une meilleure situation écologique ? C’est la thèse de tous ceux qui affirment que les désordres écologiques et les injustices sociales ont la même origine. Celle-ci peut se situer, au choix, dans une certaine anthropologie (cf l’encyclique du Pape François, Laudato Si, qui parle à ce propos de « culture du déchet » comme une caractéristique de notre modernité), ou dans notre système économique capitaliste (d’où les références permanentes au système thermo-industriel que font certains écologistes). Dès lors, apaiser le système en mettant à bas la modernité ou le capitalisme devrait permettre de retrouver à la fois prospérité et planète préservée.

Mais sans aller jusque là, il n’est pas certain du tout que réduire les inégalités favorisent la transition écologique : Gaël Giraud l’affirme : un pays développé strictement égalitaire ne sera pas moins émetteur de GES. Au contraire, l’histoire récente montre que les périodes de très fortes réductions des inégalités sont aussi des périodes de très forte croissance économique, et cela, toujours au dépend des écosystèmes. C’est ce qu’explique par exemple Paul Krugman dans un livre d’économie politique, l’Amérique que nous voulons, paru avant l’élection de Barack Obama. Le Prix Nobel d’économie y explique comment l’après-guerre a été marquée aux Etats-Unis par une très forte compression de la distribution des revenus, liée à un boom économique historique. C’est ce qui s’est passé également en Chine sur les trois dernières décennies : la sortie de centaines de millions de personnes de la pauvreté, et une croissance exceptionnelle. A contrario, la situation mondiale actuelle est une explosion des inégalités, et une croissance anémique, à tel pont que certains économistes parlent de stagnation séculaire.

Que retenir de tout cela ? Le premier point pourrait être que la transition écologique dot être visée en première intention, avant la justice sociale, car les enjeux sont beaucoup plus importants. Le deuxième est qu’il ne faut pas viser un nivellement par le centre des inégalités, mais bien un nivellement par le bas, qui signifie en fait une ascèse généralisée et désirée comme telle. Et c’est bien là ce qui est insupportable à première vue dans l’idée de transition écologique : il faut désirer le moins, et cela pour tous. Car si nous ne le désirons pas, nous l’aurons, c’est certain (nous l’avons déjà un peu), mais en plus au prix de désordres massifs et mortifères pour notre espèce (nous sommes en train de les obtenir). La transition écologique doit être factrice de cohésion sociale : c’est une condition de réussite. Mais, et c’est le troisième point, elle doit déplacer le sens du mot justice sociale: celui-ci ne doit pas être compris comme une égalisation monétaire à la hausse des niveaux de vie, mais bien comme la recherche de la reconnaissance de l’égale dignité de tous dans le fonctionnement de la société, ce qui est tout à fait différent.