Archives par étiquette : Proximité

Revue de projets #7 : le Florain, Monnaie Locale Complémentaire du bassin nancéien

Le Florain est la Monnaie Locale du bassin nancéien. Rencontre avec Samuel colin, un de ses instigateurs, qui nous expose l’intérêt d’une telle démarche au service de la transition écologique.

Faisons connaissance : qui êtes-vous ? Comment en êtes-vous venu à participer au lancement d’une Monnaie Locale ?

Je m’appelle Samuel Colin, je fais partie de la dizaine de personnes à l’origine du Florain, et de la cinquantaine de bénévoles qui se sont impliqués tout au long du projet. Depuis mars dernier, je suis également salarié à temps partiel de l’association. Je me suis impliqué dans le Florain suite à la tenue d’Alternatiba Nancy qui a eu lieu en juin 2015.  Cet événement visait à sensibiliser le grand public aux enjeux de la lutte contre les changements climatiques et présenter les initiatives citoyennes, associatives… qui existent pour s’engager à ce sujet. A cette occasion, une conférence sur les Monnaies Locales et Citoyennes a été organisée, et cela nous a convaincu de l’intérêt d’en lancer une.

Pouvez-nous nous présenter le Florain ?

Le Florain est une Monnaie Locale qui circule depuis octobre 2017 sur le sud de la Meurthe-et-Moselle, principalement sur les agglomérations de Nancy, Toul, Lunéville et Pont-à-Mousson, ainsi que dans les campagnes environnantes. Notre monnaie existe sous forme de billets de 1, 2, 5, 10 et 20 Florains. Elle est gérée par une association spécifiquement créée à cet effet.

Quel sont le principe et l’intérêt d’une Monnaie Locale ?

Une Monnaie Locale Complémentaire (MLC) est un titre de paiement qui circule sur un territoire délimité et au sein d’un réseau d’acteurs choisis (commerces et services de proximité, artisans, producteurs, associations et PME locales), sans possibilité d’épargne ni de spéculation. Ces monnaies sont dites complémentaires car elles ne cherchent pas à remplacer la monnaie nationale mais circulent de façon complémentaire sur le territoire. La parité 1 Euro = 1 MLC est donc nécessaire. Les particuliers peuvent se rendre dans des bureaux de change, gérés par des commerces partenaires, pour adhérer à l’association puis échanger des euros contre des Florains, pour ensuite les dépenser au sein du réseau. Le principal intérêt des MLC est de dynamiser l’économie d’un territoire en incitant les acteurs économiques locaux à travailler les uns avec les autres : quand un commerçant reçoit des Florains de la part d’un client, il doit chercher à les redépenser au sein du réseau, et donc à privilégier des fournisseurs de proximité.

En quoi une telle monnaie peut concourir à des enjeux de transition écologique ?

En favorisant des logiques de coopération de proximité, les Monnaies Locales contribuent à limiter les déplacements et transports de marchandise. Au delà de ce point, la plupart des Monnaies Locales contribuent à orienter la consommation de leurs usagers vers des acteurs économiques qui partagent des valeurs de respect des êtres humains et de leur environnement. C’est notamment le cas du Florain qui dispose d’une charte de valeurs qui va dans ce sens. En outre, tous les acteurs professionnels qui intègrent le réseau du Florain s’engagent sur un défi de leur choix qui vise à améliorer leurs prises en compte de ces valeurs. Ce sont très souvent des défis qui portent sur la préservation de l’environnement.

Quelles sont les limites à ce type d’initiatives ?

Les Monnaies Locales sont un très bel outil au service de dynamiques de transition écologique et citoyennes. Mais ce sont des démarches qui demandent beaucoup d’énergie et d’engagement, de la part des bénévoles, des usagers et des professionnels.

Quels retours pouvez-vous faire sur les premiers mois de vie du Florain ?

Après 11 mois de fonctionnement, on dénombre 560 usagers du Florain, qui font circuler environ 42 000 Florains auprès de plus de 120 structures différentes. Nous avons également pu constater les premières mises en relation entre acteurs professionnels qu’a permis notre monnaie. C’est un résultat encourageant, et conforme à nos projections pour la première année de fonctionnement. Mais ce n’est qu’un début, il nous faut maintenant à la fois fidéliser les personnes membres du réseau et développer ce dernier au-delà du cercle des convaincus !

Quelles sont les perspectives à venir pour cette Monnaie Complémentaire ?

Nous réfléchissons à plusieurs axes de développement, qui ne sont pas forcément tous tranchés à ce jour. Parmi les points déjà décidés, il y a le « 1 % associatif » : à partir du 1er janvier 2019, à chaque fois que quelqu’un ira changer des euros contre des florains, cela déclenchera un don correspondant à 1 % de la somme changé pour une association locale de son choix, sans rien lui coûter (c’est le Florain qui prend en charge ce don). Une bonne raison de se motiver à régulièrement changer des euros contre des Florains !