Archives par étiquette : Salariés

Impliquer les salariés de son entreprise en initiant sa transition écologique

Nous assistons aujourd’hui à un désenchantement du travail : cherchant du sens à leur activité professionnelle, nombreux sont les salariés à y trouver surtout contraintes, souffrance et perte de la finalité de ce qu’ils font. Ce constat se rencontre un peu partout, et génère mal de vivre, stress, démotivation… Ainsi peut s’expliquer la tentation fréquente de la reconversion, passé un certain âge. Nombreux sont en effet les salariés à constater un divorce, une contradiction, entre leurs aspirations profondes et ce que le monde du travail a à leur offrir. Leurs aspirations, c’est la reconnaissance de leur contribution, l’interaction respectueuse avec leurs collègues, clients ou fournisseurs, et la participation au bien commun de la société ou de la planète. La réalité, c’est un travail dont le fruit est confisqué par quelques uns, dont la finalité est la production pour la production et dont la forme est l’exploitation illimitée des autres et de la nature

Notre thèse est que la transition écologique est un levier puissant pour répondre à ces maux du travail. Car initier la transition de son organisation, c’est bien vouloir remettre du sens là où il a déserté l’activité productive. Pour cela, il est souhaitable de repréciser la raison d’être de nos organisations. Pour quoi sont elles là ? A quoi œuvrent-elles ? Or, la transition écologique est précisément une démarche qui vise à humaniser nos fins et à ajuster nos moyens à ce qui est réellement souhaitable pour l’homme et la nature. Se questionner sur la raison d’être de son organisation dans la perspective de la transition écologique, c’est la faire entrer dans un cadre de proximité, de lien et d’attention à l’autre et au monde qui redonne une perspective. Il devient alors possible pour les salariés de refaire équipe autour d’objectifs partagés qui ont du sens. C’est l’enjeu par exemple d’une démarche comme celle de la CFDT avec son Pacte pour le pouvoir de vivre.

Comment cela peut-il se traduire concrètement ? Dans la perspective de la transition écologique, une équipe de professionnels (cadres et opérationnel de terrain) va être amené à repréciser ses fins, ses moyens et son fonctionnement interne. Cela va la faire entrer dans un processus de transformation itérative de longue durée où il va falloir peu à peu verdir toutes les activités en impliquant chacun. C’est alors que le salarié va prendre conscience qu’il n’y a pas d’un côté sa vie personnelle avec ses loisirs, et de l’autre sa vie professionnelle avec ses contraintes, mais bien une unique vie qui peut être vécue sur le mode de l’engagement, et donc de la liberté.

Entrer en transition, pour une entreprise et ses salariés, c’est donc faire confiance à l’expertise et l’intelligence de chacun pour imaginer des solutions, les opérer en équipe, et voir les résultats de son action concrètement. Quelque part, c’est un puissant moyen de réappropriation de la finalité de l’action collective, dans lequel œuvrer au bien commun rend justice à l’effort de chacun. C’est aussi permettre au salarié, face au bruit médiatique de la catastrophe qui gronde, de se sentir conforté car il n’en est pas spectateur, mais est acteur de sa résolution. C’est alors qu’est expliqué un apparent paradoxe : intégrer à leur juste niveau les enjeux environnementaux et de sobriété dans son organisation, ce n’est pas la rendre moins profitable ou efficace, mais c’est sans doute produire moins et différemment pour travailler mieux.